jeudi 3 août 2017

Terrasse Parisienne : Une parenthèse enchantée au Café Renoir, Musée du Montmartre

C'est l'été, tout le monde a décidé de partir en vacances à Bali ou en Papouasie sauf vous, pauvre misérable, coincé dans la capitale tel un rat desséché...  
Haut les cœurs, j'ai déniché pour vous un lieu inédit et inattendu qui vous permettra malgré tout de pouvoir vous évader (par la pensée) sans avoir à prendre l'avion (le métro tout au plus).

Oui, aujourd'hui, je vous amène au Café Renoir au cœur du Musée Montmartre et au beau milieu des sublimes jardins Renoir.
Ce sont vos amis en vacances à l'autre bout du monde qui vont être jaloux, c'est moi qui vous le dis!

Au café Renoir, point de grande gastronomie mais de la petite restauration de qualité. Les produits proviennent en effet des mains talentueuses de la célèbre Rachel , connue entre autres pour ses décadents cheesecakes, et du pâtissier Japonais Ryotaro Sato qui fournit bon nombre de belles maisons parisiennes.

Formule Déjeuner

Le lieu est magnifique et verdoyant. À peine arrivée sur place, j'en prend déjà plein les yeux.
Je repère une petite table au soleil. Bas les pattes : elle est pour moi!


Café Renoir

C'est pas tout ça mais à table maintenant! Je me régale d'une quiche aux légumes d'été et à la fêta, dont j'apprécie particulièrement l'excellente pâte brisée qui fond littéralement en bouche

Quiche légumes et fêta


La salade de carottes à l'orientale qui accompagne la quiche est fraîche et parfaitement assaisonnée.

Quiche et salade
Salade de carottes à l'orientale

Pour se rafraichir le gosier (ça tape au soleil, mine de rien!), nous optons pour un cidre artisanal et pour un pichet de thé glacé maison.



Enfin, je ne me résous pas à quitter les lieux sans une note sucrée.  Brillante idée car je tombe sous le charme de la simplicité du cake à la vanille Bourbon réalisé par Ryotaro. Dense, terriblement moelleux et au goût prononcé de vanille, ce cake accompagne délicieusement mon expresso bien serré.

Cake à la vanille

Après cette halte gourmande, vous vous doutez bien qu'une ballade digestive au milieu des jardins Renoir s'impose!

Jardins Renoir




En quittant les lieux, je me perds avec bonheur dans les rues de Montmartre, un quartier que j'adore et où je ne me rends que trop peu (c'est que je ne m'aventure que rarement hors du 11 / 12 / 13ème moi, paresseuse que je suis!), en faisant évidemment une halte par le Sacré Cœur où je reste quelques minutes en admiration devant la vue magistrale de tout Paris.

Montmartre
Sacré Cœur


Vous l'avez compris, le Café Renoir est définitivement un de mes coups de cœur du moment, à noter et à garder bien au chaud dans vos petits carnets.

Finalement, on est pas si mal à Paris en Août, vous ne trouvez pas?


Café Renoir, Musée de Montmarte
12, Rue Cortot
75018 Paris

mardi 1 août 2017

Mondol Kiri : Comment s'envoler pour le Cambodge sans bouger de Paris!

Les spécialités japonaises, coréennes ou chinoises, vous commencez à en connaitre un rayon.
Mais les restaurants Cambodgiens, vous avez déjà testé? Non?? Ça tombe bien car je vais vous faire découvrir un fantastique petit restaurant du 13ème arrondissement, idéal pour vous initier aux délices cambodgiens!
 
La salle est jolie et fait beaucoup moins "cantine" que la plupart des établissements du coin. On y est accueilli par le patron des lieux, tout sourire, et par deux serveurs tout aussi agréables. 
Voilà un service adorable, chose assez rare pour être soulignée et surlignée!

Le menu est très (trop?) fourni et je me dirige sans hésitation aucune vers la page "spécialités de la maison". Plusieurs menus sont également proposés à des prix quasi imbattables (17euros le soir pour une entrée, un plat et un dessert au choix).

Pour débuter le repas, je me laisse tenter par les délicieuses brochettes de poulet et de bœuf au Satay et par la salade d'ananas aux crevettes aux copeaux de noix de coco qui est épatante de fraicheur. Je suis moins convaincue par la salade de papaye, trop doucereuse à mon goût.

Brochettes de poulet de de Bœuf au Satay

Du côté des plats principaux, je ne peux que vous conseiller le Bar entier, absolument exquis (Mais où est la photo? Oups, j'ai tout mangé...).

Un autre plat à notre table : les nouilles de riz aux crevettes et au Tofu. Attention, ce n'est pas un Pad Thaï thaïlandais comme on pourrait le croire au vu de l'intitulé (même si les ingrédients de base sont identiques). Ici, le plat est remanié à la sauce Cambodgienne et est plus riche en sauce et en garniture, les cacahuètes sont en poudre plutôt que concassées, les belles crevettes dodues et les morceaux de tofu sont marinés puis poêlés. C'est un très bon plat, même si j'avoue avoir une préférence pour son homologue thaïlandais plus relevé!

Nouilles de riz aux crevettes et au Tofu

Le filet de rumsteak quant à lui , tient toutes ses promesses. La viande est cuite sans excès, la sauce est très goûteuse et le tout se marie diablement bien avec le moelleux du riz gluant. Un plat totalement maitrisé et particulièrement réconfortant.
Filet de rumsteak et riz gluant

Pour terminer, comme souvent dans les restaurants asiatiques, les desserts sont moins marquants que les entrées ou les plats. Ceci dit, le flan de Taro au lait de coco et la mangue fraiche servie sur un riz gluant au lait de coco tirent leur épingle du jeu de par leur douceur et leur suavité.
De quoi finir le repas en beauté!

Flan de Taro et mangue sur riz gluant au lait de coco
 
Au final, je vous recommande chaudement ce petit restaurant chaleureux aux saveurs exotiques. Et puis au vu des prix attractifs, je ne vois aucune raison valable de vous en priver!


Service : 4,5/5 
Cuisine : 4/5
Lieu / Ambiance : 3,5/5 
Rapport Qualité / Prix : 5/5 

Avec qui? Entre amis /en amoureux /en famille / repas d'affaire

La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 17/20

Mondol Kiri,
159 Avenue de Choisy 
75013 Paris

jeudi 27 juillet 2017

Chouquettes Poires / Chocolat / Noisettes caramélisées

J'aurais pu commencer l'article en écrivant en lettres capitales  "ATTENTION TUERIE", mais je me suis retenue parce que je ne voulais pas vous effrayer (j'ai d'ailleurs toujours trouvé cette expression étrange, pas vous??).

J'aurais aussi pu vous trainer de force en cuisine malgré votre peur phobique de la pâte à choux (je vous connais hein), ce classique de la pâtisserie française qui parait souvent, à tort, très ardu techniquement parlant (pour ne pas dire casse-gueule, mais vous avez compris l'idée...).

Mais non, je ne fais rien, je me retiens. Je vous montre juste les photos de la merveille et je vous laisse en déduire la marche à suivre.

Bon allez, juste un tout petit mot de rien du tout pour finir de vous convaincre : FONCEZ!    


Ingrédients :

Pour 2 fournées de chouquettes (une trentaine environ) :

15 cL de lait demi-écrémé ou entier
10 cL d'eau
2 cuillères à soupe de sucre en poudre
110g de beurre doux (ou margarine)
140g de farine T55 (c'est la farine premier prix)
4 gros œufs (=200g d’œufs)
1 pincée de sel
Sucre glace

Noisettes caramélisées :
2 poignées de noisettes entières
80g de sucre en poudre
1 pincée de fleur de sel

Ganache montée au chocolat noir
150g de chocolat noir à 60% de cacao environ
La moitié d'une fève tonka (facultatif)
28 cL de crème liquide entière (19 cL froide + 9 cL chaude)

Poires confites
3 poires (Williams ou Conférence par exemple)
2 cuillères à soupe de beurre ou margarine
4 cuillères à soupe de sucre roux ou cassonade
Vanille (en extrait ou en pâte)



Préparation

La veille ou l'avant veille, commencer la préparation de la ganache montée :
Faire fondre au bain-marie le chocolat noir.
Porter à frémissement (au micro-ondes pour moi) 9 cL de crème liquide et l'ajouter au chocolat fondu en trois fois, en remuant vigoureusement avec une spatule (c'est ce qu'on appelle une "émulsion").

Quand le tout est bien lisse, ajouter d'un coup les 19 cL restants de crème bien froide et mékanger à la spatule. Ajouter la demi fève tonka râpée finement.
Filmer au contact (pour éviter qu'une croûte ne se forme) et réfrigérer pour 6 heures minimum (je la fais la veille ou 2 jours avant généralement).

Le jour même, 

Préparer les noisettes caramélisées : 
Faire un caramel en versant dans une petite casserole propre un tiers du sucre, sur feu vif.  Dès qu'il commence à fondre, ajouter un autre tiers et mélanger doucement, au niveau des endroits déjà fondus. Ajouter enfin le dernier tiers et mélanger le tout vivement. On doit obtenir un beau caramel ambré. Verser les noisettes dans la casserole avec une belle pincée de fleur de sel. Mélanger bien et sortir le tout du feu.

Verser sur du papier sulfurisé et laisser totalement refroidir. Concasser grossièrement les noisettes caramélisées.

Préparer les poires confites :
Faire fondre sur feu vif  2 cuillères à soupe de beurre, ajouter les poires coupées en dés et saupoudrer de sucre roux. Mélanger bien sur feu vif. Ajouter un filet de pâte de vanille ou quelques gouttes d'extrait de vanille. Baisser le feu sur feu moyen et faire caraméliser tranquillement en remuant régulièrement. Laisser refroidir totalement (vous pouvez placer le bol au congélateur pour aller plus vite).

Préparer la pâte à choux : 
Préchauffer le four à 210°C.
Dans une casserole, porter à ébullition le lait, l'eau, le sucre, le sel et le beurre.
Hors du feu, ajouter la totalité de la farine et mélanger vivement.
Remettre sur feu moyen et remuer sans cesse avec une cuillère en bois jusqu'à ce que la pâte se dessèche et se décolle de la casserole (ça prend quelques minutes).

Verser la préparation dans un saladier ou dans le bol du robot (avec l'accessoire feuille). Y incorporer les œufs un à un, en mélangeant vivement entre chaque ajout à la cuillère en bois ou au robot avec la feuille.

Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, former les choux à l'aide d'une poche à douille.
Aplatir légèrement les pointes avec les doigts mouillés et rayer le dessus des choux avec une fourchette mouillée également.

Saupoudrer généreusement de sucre glace tamisé au dessus d'une petite passoire (les choux étant à la base à peine sucrés). Parsemer également de noisettes caramélisées concassées et secouer un peu la plaque de droite à gauche  pour que les éclats se collent bien aux chouquettes. 



J'en ai également saupoudré quelques unes (légèrement) de sucre en grains pour garder l'esprit chouquettes mais ce n'est pas obligatoire 


Enfourner à 180°C pendant 16 minutes puis 6 minutes à 160°C.  
Ces durées sont variables selon les fours : si elles dorent trop vite, baisser plus rapidement la température à 160°C.

Si vous voulez les déguster le lendemain ou les jours suivants, les congeler immédiatement (quand elles sont encore chaudes). Dans ce cas, les laisser décongeler à température ambiante puis passer 2 ou 3 minutes au four à 200°C pour leur redonner du croustillant. 

Monter la ganache froide comme une chantilly, au robot ou au batteur électrique. Elle doit être bien ferme.
Pour garnir les chouquettes, les couper en deux et y déposer quelques dés de poires puis un peu de ganache montée (dressée à la poche à douille ou avec une cuillère à soupe!) et saupoudrer d'éclats de noisettes caramélisées. 



Déguster!



La Note des Goûteurs : 19/20

vendredi 21 juillet 2017

Salade Pastèque et Fêta

Je reposte cette recette publiée en 2013, que j'ai refait régulièrement ces dernières années. Elle est totalement adaptée aux températures du moment donc ne tardez pas trop à la tester!

En voilà une association inédite! Pas forcément évidente mais originale, c'est certain. Je n'aurais sûrement pas pris le risque de "gâcher" une de mes sacrosaintes pastèques (vous ais-je déjà dit que j'étais quelque peu obsessionnelle quand il s'agit de fruits?) si l'auteur de cette recette n'avait pas été Nigella Lawson. Et oui, depuis la découverte des "meilleurs muffins" et de sa Pavlova (clic ici et )que je fais et refais sans jamais me lasser, cette cuisinière Américaine a gagné ma confiance et ma gratitude éternelle.
Donc si Nigella dit que c'est délicieux, alors je m'exécute, je me mets aux fourneaux, je goûte et... J'adore! Le résultat est très frais et les arômes sont parfaitement équilibrés. Vous ne me croyez pas? Essayez... Cette salade deviendra la star de votre été.


Ingrédients

Pour 2 personnes en plat principal, 4 personnes en entrée

La moitié d'une petite pastèque sans pépins
150 à 200 g de fêta
2 poignées d'olives noires 
3 ou 4 oignons nouveaux
Un filet de jus de citron
1/2 concombre
Persil frais
 
Note : tous ces ingrédients (en particulier la pastèque) doivent être bien frais et conservés au réfrigérateur avant utilisation. Si ce n'est pas le cas, la salade devra reposer au frais au moins 6 heures.


Préparation

Éplucher et émincer les oignons nouveaux (le blanc et une partie du vert).
Couper la chair de la pastèque en morceaux et la fêta en cubes. Ciseler le persil. Couper le concombres en demi rondelles (pas besoin de l'éplucher).
Dans un grand saladier, mélanger la pastèque, le concombre et la fêta.
Ajouter les olives noires, les oignons émincés et le persil. Arroser d'un filet d'huile d'olive et de jus de citron, saler et poivrer.



Déguster bien frais!

La note des goûteurs : 17/20    

mardi 18 juillet 2017

Soupe glacée au Concombre et aux Pommes Granny-Smith

On a chaud! À Paris, cette année c'est tout ou rien... Une semaine de canicule étouffante suivie de prés par une semaine de pluie délirante et puis rebelote la semaine suivante...
Alors je m'adapte! Une semaine sur deux, je vous propose des plats chauds et réconfortants à coups de risotto et de pizzas et puis je me remets illico à vous parler de gaspachos et de crèmes glacées!
Cette semaine, vous l'avez compris, c'est le retour du hammam parisien et pour l'affronter comme il se doit, je vous ai concocté une petite soupe glacée très parfumée des plus rafraichissantes. La recette originale piochée sur le blog Gratinez préconise l'utilisation d'Estragon mais j'ai préféré y associer mon herbe favorite, le basilic et j'y ai enfin ajouté des pignons grillés et une belle cuillerée de yaourt grec (je ne peux pas m'empêcher de le caser partout celui-là...).
La préparation obtenue est (à mon goût!) très équilibrée en termes de saveurs et de textures. J'ai beaucoup aimé l'association de la pomme et du concombre qui se complètent parfaitement sans dominer l'un sur l'autre.
Au final, cette soupe glacée est une petite pépite idéale pour un diner léger sous les 35 degrés ambiants!



Ingrédients

Pour 2 à 3 personnes en plat principal

2 concombres
3 pommes Granny-Smith
Le jus d'un citron jaune
1 cuillère café de wasabi en tube
1 pincée de piment d’Espelette

 

Pour servir :
1 poignée de pignons grillés
1 cuillerée de yaourt grec épais ou de bon fromage blanc ou encore de Ricotta
Un filet d'huile d'olive extra-vierge bien fruitée
1 poignée de basilic frais ciselé ou d'estragon, selon les goûts 


Préparation

Peler les concombres puis les couper en gros dès.
Éplucher et épépiner les pommes. Garder quelques dés de pomme pour la présentation et les arroser d'un filet de jus de citron afin d'éviter qu'ils ne noircissent. Les placer au réfrigérateur. 

Presser un citron jaune. Mixer au blender les concombres, les pommes, le jus de citron et la cuillère de wasabi. La texture doit être veloutée. Saler, poivrer et ajouter une pincée de piment d'espelette puis
verser le mélange dans un saladier et réfrigérer au moins 2 heures. J'ai ensuite placé mon saladier 30 minutes au congélateur afin d'obtenir un mélange quasi glacé.

Faire torréfier les pignons une dizaine de minutes à 200°C.

Avant de servir, rincer et ciseler le basilic (ou l'estragon). Verser la soupe glacée dans les bols de service puis ajouter les morceaux de pommes, une cuillerée de yaourt grec par bol puis le basilic ciselé et les pignons grillés. Arroser d'un filet d'huile d'olive.



Déguster immédiatement!



La Note des Goûteurs : 16/20

jeudi 13 juillet 2017

Un Brunch Healthy et délicieux à l'Alcazar

Envie d'un brunch atypique au milieu d'une véritable forêt tropicale? Ça tombe bien, je vous embarque découvrir l'Alcazar! En plein cœur du 6ème arrondissement, on ne s'attend pas à trouver  un lieu si magnifique et verdoyant et pourtant... Je l'ai trouvé pour vous!

Depuis quelques mois, Angèle Ferreux (gérante de la désormais célèbre "Guinguette d'Angèle") investit l'établissement tous les dimanches matins et y propose sa version toute personnelle du brunch dominical : du beau, du sain, du frais et surtout du bon!



Pour 41 euros, il vous est proposé un menu complet comprenant un plat au choix servi à table et un accès illimité au buffet de desserts et de boissons (chaudes et froides). Certes, c'est un budget, mais je le trouve finalement justifié au vu de la qualité des ingrédients et du cadre féérique.

Pour débuter les festivités, on se délecte d'un Pudding de tapioca et graines de chia à la crème de coco. Plein de petits noms bizarroïdes à la suite et probablement inconnus de la plupart d'entre vous (pas moi, je suis rodée en matière d'aliments à dormir debout!) pour qualifier cette crème toute douce et terriblement réconfortante . Une mixture que je vais m'empresser de reproduire chez moi et qui devrait illuminer mes petit-déjeuners moroses du lundi matin!!

Pudding de tapioca et crème de coco

Après une petite salade aux légumes et aux graines aux accents asiatiques, parfaite pour se mettre en jambes, arrive sur la table le plat principal.

Salade de légumes et graines

Pour moi, ça sera un Avocado Toast d'un nouveau genre, composé de crackers aux graines garnis d'une crème d'avocat soyeuse et parfaitement assaisonnée. L'ensemble est très savoureux même si je trouve qu'il manque un peu de croustillant.

Avocado Toasts

En face, le burger Végétarien à base de steak de betterave et de Brousse est assez étonnant (dans le bon sens du terme). Le pain est particulièrement réussi, moelleux comme un édredon et brioché juste ce qu'il faut. Par contre, c'est un carton rouge pour les frites de patates douces toutes molles... Je grogne intérieurement (et un peu extérieurement aussi!).

Burger Végétarien
Pour terminer en gourmandise, le buffet de desserts met à l'honneur l'Acaï Bowl, cette baie venue d'Amérique du sud qui fait sensation dans la capitale depuis quelques mois. Ici, la base, lisse et onctueuse, est faite d'acaï et de bananes mixées. Une base que chacun pourra agrémenter de toppings divers et variés : purée d'amande, granola maison, noix de coco râpée, poudre de thé matcha, bananes caramélisées... Pour ma part, j'ai adoré ce "dessert" et ai particulièrement apprécié la touche de purée d'amande et le granola maison extra croquant qui accompagnaient à merveille la douceur de la crème d'açaï.

Acaï Bowl

Bananes caramélisées et fondant chocolat / patates douces

Je n'ai par contre pas vu de grand intérêt (voire pas du tout!) au fondant chocolat et patate douce ... Décidément, ma grande amie la patate douce m'a déçu aujourd'hui! Pas mauvais cela dit, mais pas vraiment bon non plus!

Ce copieux brunch a été arrosé de boissons chaudes (thé, café, chocolat, matcha latte) et de jus frais préparés minute et proposés à volonté... Oui, oui, c'est une chose assez rare pour être soulignée! J'ai eu un coup de cœur pour le jus rouge à la betterave, pomme et citron. Très bon et très frais!

Jus de pommes, betterave, citron

Au final, malgré des petits bémols par ci par là, j'ai adoré mon brunch dans ce cadre enchanteur et je le conseillerai sans hésitation aux végétariens et végétaliens mais aussi à tous les autres!

Et vous, ça vous dirait de bruncher au milieu de la jungle?


Cuisine : 4/5
Service : 4/5 
Lieu / Ambiance : 5/5 
Rapport qualité / prix : 4/5 

Avec qui? En famille / entre amis / en amoureux 

La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 17/20


L'Alcazar 
62 rue Mazarine
75006 Paris 

mardi 11 juillet 2017

Pizza Bianca

Vous l'avez sûrement remarqué au vu de mes derniers posts Facebook, en ce moment, je suis très branchée cuisine italienne. Pizzas par ci, Mozzarella par là... La Dolce Vita version gastronomique en quelque sorte!
Sans grande surprise, je vous présente donc une nouvelle recette italienne que j'ai particulièrement appréciée : la Pizza Bianca. Une appellation bien mystérieuse pour qualifier cette recette qui n'est ni plus ni moins qu'une pâte à pizza, épaisse et moelleuse, agrémentée de quelques aromates pour lui donner un maximum de goût. Vous la servez comme vous serviriez un bon pain, en accompagnement d'une Burrata ou d'un carpaccio de bœuf.
Et là, vous criez au génie... "Mamma mia, che Bueno"!!


Source : Petite Cuillère et Charentaises

Ingrédients

250g de farine T45
100 à 140 mL d'eau tiède 
1 sachet de levure de boulangerie Briochin de Alsa (ma préférée) ou levure fraîche sinon
10g d'huile d'olive
1 cuillère à soupe de sucre en poudre
1 cuillère à soupe de sel fin 
Thym et romarin frais ou séchés


Préparation

Verser la farine et le sachet de levure sèche dans un saladier, mélanger puis ajouter le sucre, le sel, 100mL d'eau tiède, l'huile d'olive et une branche de thym émiettée. Pétrir à la main ou au robot avec l'accessoire crochet et rajouter si besoin le reste d'eau tiède petit à petit. On doit obtenir une boule non collante et souple. Rajouter un peu de farine si vous avez mis trop d'eau! 

Couvrir avec un torchon propre et laisser reposer 1h30 à 2 heures dans une pièce chaude. La pâte doit doubler de volume. En ce moment, ma cuisine est un hammam ambulant donc c'est parfait pour faire de la boulange!
 
Séparer la pâte en deux morceaux et l'étaler à la main en deux rectangles. Les disposer sur une feuille de papier sulfurisé. Couvrir à nouveau avec un torchon humide et laisser reposer 20 minutes


A ce moment, préchauffer le four à 250°C. Recouvrir les pâtons d'un filet d'huile d'olive et appuyer avec les doigts sur toute la surface. Saupoudrer généreusement de thym et de romarin. 
Laisser reposer quelques minutes, juste le temps que le four préchauffe. 

Quand le four est préchauffé, enfourner à 250°C pour 10 à 12 minutes. Les Pizzas doivent être dorées. 



Servir rapidement (c'est délicieux tiède!), par exemple avec une burrata et des légumes grillés. Vous pouvez également congeler les pizzes si vous ne les dégustez pas le jour même. 

 

La Note des Goûteurs : 17/20 

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...