lundi 27 février 2017

Coup de coeur Parisien : Lengue

Les restaurants japonais, ça vous connaît. On y mange des sushis, éventuellement quelques brochettes bœuf / fromage et on y manie les baguettes avec plus ou moins de dextérité. Et voilà quoi...

En fait, non, non et encore non, je vous arrête tout de suite. Un mot de plus et je sors les griffes. Car la gastronomie japonaise, la vraie, c'est tellement, mais tellement plus que ça! Vous l'avez compris, le sujet est hautement sensible pour moi et mes papilles exigeantes.

Mais haut les cœurs, j'ai découvert une petite pépite au cœur de Paris qui m'a fait voyager au pays du soleil levant en un claquement de doigts. Cette pépite s'appelle Lengue et c'est ce qu'on appelle un Izakaya. Traduction? Un endroit zen au cadre intimiste et boisé, où l'on mange et partage plein de petits plats plus délicieux les uns que les autres, en mode tapas à la japonaise.



Chaque ingrédient, chaque saveur est réfléchie, travaillée, maîtrisée. Lors de mon premier diner là-bas (oui, d'autres ont suivi!), les gyozas aux légumes et les croquettes de courge Kabocha m'ont fait l'effet d'un vrai retour aux sources, du temps de mon périple nippon en 2011.

Edamamae
Gyozas aux légumes


Sashimi de daurade
  
Croquettes de courge Kabocha

Beignets de Gambas
 

Quant à "l'Ochazuke" (littéralement : riz dans un bouillon) au saumon, il fut pour moi une révélation. A chaque bouchée mêlant la tendresse du riz, le fondant du saumon et le bouillon fumant, je hochais la tête de satisfaction.  
Ce plat, c'est le Japon dans un bol

Ochazuke au saumon

Chose assez rare pour être soulignée, à Lengue, les desserts ne sont pas en reste et les dorayaki (sortes de pancakes japonais) fourrés à la crème de marron sont des merveilles de douceur.

Dorayaki fourrés à la crème de marron

On arrose le tout de la liqueur de prune traditionnelle, le Umeshu, et on se dit que cette adresse mérite amplement d'être connue et reconnue à sa juste valeur.



Le service adorable à la japonaise et les tarifs raisonnables (environ 35 euros pour un repas complet) finiront de vous convaincre.

 

Cette adresse se hisse directement en tête de mes adresses japonaises favorites à paris. Voilà c'est dit.
Lengue, je t'aime d'amour.

Cuisine : 5/5
Service : 5/5 
Lieu / Ambiance : 4,5/5 
Rapport Qualité / Prix : 4,5/5


Avec qui? Entre amis /En amoureux /en famille


La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 19/20

Lengue,
31 rue de la Parcheminerie,
75005 Paris

samedi 18 février 2017

Risotto de Boulghour ou Boulghourotto

Le risotto, voilà un mets italien qui plait à tous les coups. Mais selon la façon dont il est préparé, il peut rapidement devenir un plat lourd, blindé de crème et de parmesan et par conséquent peu digeste. Alors j'ai eu envie de revisiter ce dernier avec du boulghour, ma céréale chouchou du moment, tout en allégeant au maximum la préparation (je me remets à peine de l'orgie de foie gras des fêtes de fin d'année!). J'ai repris la recette de mon amie Alison dont le blog regorge d'idées géniales. Et puis j'ai gouté, sans penser une seconde que la recette finirait sur le blog.
Grave erreur : c'était si bon, si fin, si gourmand et délicat à la fois que j'ai dégainé illico mon appareil photo pour immortaliser le plat... Et vous le présenter évidemment!



Ingrédients

Pour 2 personnes

100g de boulghour (à gros grains )
2 blancs de poireau
300g d'eau
1 cube de bouillon (légumes ou poulet)
1 filet de crème légère semi-épaisse (5 à 10 cl) ou de crème fraîche entière
Les zestes d'un citron vert 
1 verre de vin blanc sec

Pour servir (facultatif) :
2 pavés de saumon (frais ou surgelés)


Préparation

Faire revenir les poireaux avec un filet d'huile d'olive, à feu moyen, en remuant très souvent. Ils ne doivent pas colorer.



Ajouter le boulghour, remuer bien puis verser le verre de vin blanc sec.



Laisser le liquide s'évaporer.
A ce stade, vous pouvez vous arrêter si vous souhaitez le préparer à l'avance.

Ajouter l'eau froide puis le cube de bouillon. Couvrir et laisser cuire 5/10 minutes environ à couvert en remuant une fois pendant la cuisson.
Goûter, le boulghour doit être juste cuit, ferme et fondant.  

Le temps de cuisson dépendra du type de boulghour utilisé puisque Alison préconise une vingtaine de minutes alors que pour moi, il a cuit beaucoup plus rapidement!

Enlever le couvercle et mélanger bien. Il ne doit plus rester de liquide.

Hors du feu, ajouter un filet de crème et mélanger. Saler et poivrer.
Couvrir 5 minutes la casserole pour que toutes les saveurs se mélangent puis servir immédiatement .

Servir avec des pavés de saumon juste grillés à la plancha, sur le grill ou à la poêle.

Au moment de servir, sur chaque assiette, saupoudrer le boulghour et le saumon de zestes fins de citron vert.





L'avis du Gourmand : 

Un vrai délice! J'ai trouvé ce plat  original, sain et copieux. Je suis pourtant un grand amateur du "vrai" risotto, mais j'ai été conquis par cette nouvelle version plus saine. Je conseille!!


La Note des goûteurs : 18/20 

mardi 14 février 2017

Soupe de mangue, Chantilly de yaourt et citron vert

La Saint-Valentin, vaste débat (le même chaque année d'ailleurs)! Personnellement, c'est une fête que je ne célèbre pas (je nourris bien assez Le Gourmand les autres jours de l'année), ce qui ne m’empêche pas de réfléchir à des recettes de circonstance pour ceux qui décideraient de mettre les petits plats dans les grands pour leur bien-aimé
Mon avis sur la question, c'est qu'il vous faut un dessert léger tout en était gourmand. Un dessert qui vous fera passer pour la reine (le roi?) des fourneaux alors que vous aurez passé 3 minutes dix-huit en cuisine.  Oui, il vous faut cette divine soupe fraîche de mangue agrémentée d'une non moins divine chantilly légère au yaourt et aux zestes de citron vert.  
Cette recette a été tellement appréciée chez nous qu'il se peut qu'elle revienne régulièrement au menu, Saint-Valentin ou pas!


Ingrédients

Pour 4 belles coupes

2 mangues mûres*
1/2 citron vert
20 cL de crème liquide entière oui crème Fleurette, bien froide (conservée au réfrigérateur)
200g de yaourt grec épais de type Total ou Mavrommatis (je l'achète au Monoprix)
1 sachet de sucre vanillé 
2 cuillères à soupe de sucre glace (ou sucre en poudre)
Zestes fins de citons vert 
Quelques sablés bretons émiettés

Note 1* : Il est indispensable d'utiliser des mangues mûres et bien sucrées pour cette recette. J'achète les miennes en supermarché asiatique et je n'ai jamais de mauvaises surprises!  

Note 2** : avec ces quantités, il restera de la chantilly de yaourt. Gardez-la au frais pendant 2 jours ou finissez-la à la cuillère !!! 

 

Préparation

Couper une demi mangue en petits dés et mixer le reste avec le jus d'un demi citron vert. Ajouter un peu d'eau pour obtenir une texture veloutée mais épaisse. Sucrer si besoin (si la mangue est bien mûre, ce n'est pas nécessaire.
Dans des coupes individuelles, verser la soupe de mangue, quelques dés de mangue et réfrigérer pour 2 heures minimum.

Fouetter la crème très froide en chantilly au batteur électrique ou au robot (la placer au congélateur 15 minutes avant), en commençant à petite vitesse et en augmentant petit à petit. Ajouter le sucre glace et battre encore quelques secondes, la chantilly doit être bien ferme .
Mélanger (à la cuillère ou au fouet manuel) le yaourt grec avec 1 sachet de sucre vanillé.
Incorporer délicatement la chantilly au yaourt grec sucré. Goûter et ajouter éventuellement un peu de sucre, si besoin.
Verser dans une poche à douille munie d'une douille cannelée. Réserver au frais

Au moment de servir, sortir les coupes et ajouter un voile de chantilly au yaourt. Saupoudrer de zestes de citron vert et de sablés breton émiettés.



Déguster bien frais!

 

La Note des Goûteurs : 18/20

vendredi 10 février 2017

Polpo, Restaurant flottant sur les quais de Seine




Polpo, c'est la nouvelle adresse Seafood dont tout le monde parle, idéalement située sur les quais de Seine, à deux pas du métro Pont de Levallois-Bécon. Pour tout vous dire, je ne m’aventure que rarement dans ce coin là, mais les quelques photos de cette péniche que j'ai vues passer ici et , m'ont rapidement convaincu.




Quelques jours plus tard, par une glaciale soirée d'hiver comme je les aime tant, je découvre donc les lieux, des étoiles plein les mirettes. En général je vous parle d'abord de ce qui m’intéresse le plus (MANGER!) mais là, il faut le dire, la décoration est superbe.
C'est beau, c'est spacieux, c'est sublime et c'est à 30 minutes de chez moi ça??! Je me crois pourtant soudainement en vacances, les pieds dans l'eau, loin, très loin de ma grisaille parisienne. 


Excusez par avance la piètre qualité de mes photos, lumière très tamisée et talent artistique (le mien en tous cas) ne faisant pas bon ménage...


 

  

Bon, c'est pas tout ça, mais à table maintenant! Enfin, juste après le très réussi cocktail "Flow 447" composé de vodka, framboises, menthe fraîche et jus de fruits de la passion.

  

Mon accompagnatrice du jour (qui préfère rester anonyme et que nous appellerons "la Dame aux grands pieds") et moi partageons des croustillants de gambas et des couteaux de mer à l'ail et au persil, frais et savoureux.



En plat principal, place à la bête : le homard de Polpo s'il vous plait. Pour l'occasion, on s'habille de jolis tabliers, ludiques et surtout indispensables quand on connait ma capacité toute personnelle à me salir des pieds à la tête.

La Dame aux grands pieds, vêtue de son beau tablier

Nous ne regrettons pas notre choix : ce homard est parfaitement cuit et très goûteux. Je me régale et m'en mets partout, comme prévu.

Homard accompagné de haricots (oui, j'ai été sage)

Un petit dessert pour la route? Évidemment mon Capitaine (ben oui, la mer ça creuse)!
Ile flottante aux noix de pécan pour l'une ou soupe fraîche mangue/passion pour l'autre : simple, bon et efficace.

 

Au final, j'ai trouvé l'endroit idéal pour une soirée entre amis, d'autant plus que le rapport qualité / prix est tout à fait honorable : comptez environ 10 euros pour les entrées et les desserts, et 17 à 29 euros pour les plats.

Une chose est sûre, je me vois déjà retourner à Polpo à l'arrivée des beaux jours et profiter de l'immense terrasse, avant d'aller gambader sur les quais!







Lieu / Ambiance : 5/5
Cuisine : 3/5
Service : 3/5
Rapport Qualité / Prix : 4/5

Avec qui? Entre amis /En amoureux /En famille


La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 15/20


Polpo
47 quai Charles Pasqua,
92300 Levallois Perret
Invitation

mardi 7 février 2017

Courge Butternut farcie au chèvre et aux noix

Avec ce temps, mes envies de salades diminuent à vue d’œil (et pourtant, vous savez que je suis une grande consommatrice!). 
J'ai envie, non, j'ai besoin de plats réconfortants. Sauf que les raclettes et tartiflettes, ça va cinq minutes, mais au bout d'un moment, mon estomac me dit stop
Et c'est là que je sors l'artillerie lourde : la courge Butternut farcie au fromage de chèvre, idée génialissime trouvée sur le blog Piment Oiseau
C'est le plat léger ET réconfortant par excellence (oui, c'est possible) avec le fromage qui coule, les noix qui craquent, la courge qui diffuse tous ses arômes délicats... 
Moi, je fonds... Et tous ceux qui y ont goûté sont d'accord avec moi. 
Cette recette, c'est un must de l'hiver.


Ingrédients

Pour 2 personnes en plat principal


1 courge Butternut
20 cl de crème liquide entière ou allégée (à 18% de MG pour moi)
1 bûche de chèvre ou crottin de chèvre (ou autre fromage qui a du goût comme la fourme d'ambert)
2 gousses d'ail
Thym
Cerneaux de Noix



Préparation

Couper la courge en deux, enlever les pépins et vider un peu la partie chair avec une cuillère à soupe pour agrandir la cavité  (garder le surplus de chair pour une soupe par exemple).
Poser les deux moitiés sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et les caler éventuellement avec une boule de papier aluminium si elles ne sont pas stables.
Émietter le chèvre et le placer dans les cavités, ajouter les 2 gousses d'ail émincées et une branche de thym émiettée.

    
   
Verser la crème jusque à ras bord, saler légèrement et poivrer. Piquer la chair de la courge avec une fourchette.



Enfourner pour 1h à 1h30 à 180°C en chaleur tournante, selon la taille de la courge.

Au bout de 45 minutes de cuisson, saupoudrer de noix grossièrement concassées.
Tester la cuisson avec la pointe d'un couteau.

 

Déguster bien chaud, à la cuillère, avec une salade verte (attention, la peau ne se mange pas!). 




La Note des Goûteurs : 18/20 

jeudi 2 février 2017

Coup de coeur Parisien : le Brunch du Colorova

Bon Ok, je vous avais dit que les brunchs et mois on était pas des grands copains. Mais il est vrai qu'à force d'essayer et de réessayer, j'ai fini par me laisser dompter. Mieux, j'ai fini par adorer ça (souvent femme varie, vous connaissez le dicton!).
Voilà comment que je me suis retrouvée à rêver d'un brunch dont on m'avait vanté les qualités, dans un petit salon de thé tout ce qu'il y a de plus charmant : le Colorova. Je ne vais pas vous mentir, les prix se situent plutôt dans la fourchette haute brunchesque : 35 euros pour le brunch complet (gargantuesque, cela dit) et 26 euros pour la "petite" formule, déjà bien fournie.


Mais le jeu en vaut la chandelle, ce brunch est absolument délicieux, d'une grande finesse, délicat, savoureux, généreux... Autant de superlatifs pour vous dire que j'ai surkiffé mon brunch comme dirait ma jeunette de sœur n°4, qui était de la partie (ah oui, j'ai oublié de vous dire : c'était mon brunch d'anniversaire! Mais où sont les bougies?!).



La formule à 35 euros comprenait donc :

Un jus de fruits frais préparé minute et une vraie grande boisson chaude (quand j'ai vu l'énorme théière de thé bouillant arriver devant moi, j’ai bondi de joie. C'est que je bois vite moi et j'aime pouvoir me servir plus d'une demi-tasse par repas!)

Du côté des solides, arrivent rapidement une délicieuse brioche perdue, une belle corbeille de pains et de viennoiseries et une compote pommes/framboises servie avec une louchette de chantilly maison, franchement excellente.

 


 

Je résiste à l'envie de tout engloutir car il faut bien se réserver un peu de place pour les entrées qui arrivent! Heureusement, les portions restent raisonnables, rassurez-vous. Ça sera donc une tortilla de pommes de terre assortie d'une crème à l'avocat et de jeunes pousses.
Fraîche, bien cuisinée et joliment présentée, cette tortilla atypique me plait beaucoup.

Tortilla de pommes de terre, crème d'avocats

Le plat principal est tout aussi réjouissant :  plutôt classique (mais très efficace) œuf poché sur brioche grillée et saumon fumé pour moi, et plus exotique risotto de crevettes au lait de coco pour mes comparses. Aussi beaux que bons, ces deux plats comblent nos estomacs déjà bien remplis.


Oeuf poché sur brioche maison et saumon fumé
 
Risotto de crevettes au lait de coco

Ne partez pas, ce n'est pas fini! Les desserts en vitrine sont tous plus appétissants les uns que les autres. On pourra les déguster sur place ou les commander à emporter pour les petits joueurs.



 Le Paul Sésame qui est en fait une tarte au citron meringuée retwistée avec une nougatine et un crémeux au sésame noir me séduit bien... Mais pas autant que l’entremets "Bigoût" (financier Tonka, Chantilly mangue et biscuit caramel) et le Rocher au chocolat géant, tous deux commandés à emporter et dégustés le soir venu (c'est mon anniversaire je vous dis!)

Le Paul Sésame

Pour clore le tableau, je rajoute que le cadre de Colorova est adorable, bourré de charme, et haut en couleurs procurant une sensation de bien-être indescriptible dès le pas de la porte franchi.

En conclusion, j'ai savouré, j'ai adoré et je reviendrai!

  Résultat de recherche d'images pour "colorova paris"  

Résultat de recherche d'images pour "colorova paris"

Ça vous tente? Alors n'oubliez pas de réserver : comme toutes les bons filons, l'adresse affiche bien souvent complet.


Cuisine : 5/5
Service : 4,5/5 
Lieu / Ambiance : 4,5/5 
Rapport Qualité / Prix : 4/5

Avec qui? Entre amis /En amoureux /en famille


La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 18/20

Colorova,
47 Rue de l'Abbé Grégoire, 
75006 Paris

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...