lundi 31 août 2015

Pâte de Pistache de Pierre Hermé

A tous ceux qui se plaignent du prix excessif des pâtes de pistache du commerce, j'ai une excellente nouvelle pour vous : celle-ci se prépare très facilement à la maison (pour peu qu'on dispose d'un bon robot!), se conserve plusieurs mois sans problème et surtout, est mille fois meilleure que celle du commerce!  Il faut dire que je n'ai pas choisi n'importe quelle recette. Non non, j'ai opté pour celle du Maestro Pierre Hermé, une valeur plus que sûre (allez donc jeter un coup d’œil à ma pâte à tarte fétiche)!


Ingrédients

125g de pistaches non salées et émondées
30g de poudre d'amandes
62g de sucre en poudre
18g d'eau
1 cuillère à soupe d'huile de tournesol ou huile de pépins de rraisins ou huile de colza
2 gouttes d'extrait d'amande amère (pas plus!)
1 pointe de colorant vert (facultatif)


Préparation 

Faire torréfier les pistaches : étaler sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et enfourner pour 5 à 10 minutes à 180°C. Attention à ne pas trop les faire griller, elles ne doivent pas devenir brunes, juste laisser exalter leur saveur!



Dans une casserole, versez d'abord l'eau puis ajouter le sucre. Faire bouillir le sirop jusqu'à atteindre 121°C. Si vous n'avez pas de thermomètre, faire bouillir le sirop et compter exactement 3 minutes sur feu fort, à partir du début de l'ébullition.


 
Lorsque le sucre est à 121°C, ajouter les pistaches d'un seul coup et mélanger. 

 

 
Verser les pistaches recouvertes de sucre avec la poudre d'amandes et les 2 gouttes d'amande amère (et éventuellement une pointe de colorant vert) dans la cuve du robot (qui doit être assez puissant) et mixer plusieurs minutes.


Arrêter le robot et ajouter l'huile.  

 

 

Mixer encore pendant 5 à 10 minutes. La pâte de pistache va se former et devenir fluide.
Verser la pâte de pistache dans un bocal en verre hermétique. 


Cette pâte de pistache se conserve à température ambiante pendant plusieurs semaines (voire plus!). Mélanger de temps à autre, si besoin.


La Note des Goûteurs : 18/20

jeudi 27 août 2015

Onctueuses crèmes à la vanille

Je reviens vers vous avec une vraie douceur d'enfance : de jolies crèmes parfumées à la vanille bourbon, trouvées ici,  oh combien savoureuses... Je vous préviens d'entrée : il vous sera impossible d'en acheter des toutes prêtes après avoir gouté à celles-ci! Ben oui, c'est le jeu ma pauvre Lucette.
Je les trouve parfaites au petit-déjeuner ou au goûter, servies avec quelques framboises... De plus, il est possible de leur donner une touche sophistiquée en les parant d'une croûte craquante, façon crèmes brulées : un peu de sucre et un chalumeau, et le tour est joué!
Mais même dans leur plus simple appareil, ces crèmes toutes douces et réconfortantes vous replongeront quelques années en arrière, du temps de l'insouciance merveilleuse de vos jeunes années... Vous ne connaissiez pas encore mes talents de poète?


Ingrédients

Difficulté : facile

Pour 4 grands ramequins ou 6 petits

1 œuf entier
4 jaunes d’œufs
1 belle gousse de vanille (j'ai utilisé celle de mon partenaire "La case à vanille")
quelques gouttes d'extrait de vanille
60g de sucre 
300 ml de lait entier (frais, c'est mieux)
200 ml de crème liquide entière

Facultatif : 1 cuillère à soupe de sucre en poudre ou sucre blond au moment de servir

      

Préparation

Préchauffez le four à 150°C. 
Battre l’œuf entier et les jaunes dans un saladier, avec le sucre et fouetter vigoureusement pendant 2 minutes au fouet manuel . Ajouter les graines de la gousse fendue en 2 et l'extrait de vanille.


Dans une casserole, faire chauffer doucement le lait avec la crème (sans le faire bouillir) avec la gousse de vanille fendue (pour que son parfum infuse dans le lait).


Retirer la gousse et verser le lait encore chaud sur le mélange d’œufs battus. Fouetter bien.
Répartir la préparation dans quatre récipients.
Déposer les ramequins dans un plat allant au four, verser de l'eau dans le plat à mi-hauteur, et faire cuire ainsi, au bain-marie, à 150°C pendant 45 minutes à 1 heure selon la taille des ramequins et le four (à surveiller!)


Les retirer du plat rempli d’eau, laisser refroidir tranquillement puis placer au réfrigérateur pour 1 heure minimum.


Au dernier moment, saupoudrer éventuellement d'une cuillère à soupe de sucre et dorer au chalumeau pour obtenir une belle croûte craquante façon crème brûlée. Mais ce n'est pas obligatoire! Dans ce cas, il faut bien le faire à la dernière minute pour que la coque ne ramollisse pas.


Déguster!

La Note des Goûteurs : 18/20

mercredi 26 août 2015

Test de restaurant parisien : La Petite Mangerie

Après avoir testé et adoré La Mangerie (d'ailleurs j'y suis retournée récemment et j'en suis toujours amoureuse...), il fallait absolument que je teste sa sœurette à Filles du Calvaire. Le lieu n'est pas bien grand et l'ambiance intime, avec une jolie petite terrasse à l'écart du Brouhaha parisien.



On retrouve le même concept de petites assiettes mais ici, pas de cuisson. A la carte, beaucoup de tartares, Ceviche, Tataki mais aussi de bons fromages et de belles assiettes de charcuterie (qui ont eu l'air de régaler nos voisins. J'ai failli leur en piquer un bout au passage, mais je me suis retenue, rassurez-vous). Enfin, un large choix de vins au verre ou en bouteille complètent ce joli tableau.



Je vous livre, en images ce que nous avons dégusté ce soir-là. Ne prenez pas peur devant le nombre d'assiettes commandées : mes yeux ont été plus gros que mon ventre sur ce coup là mais 3 assiettes par personnes suffisent amplement à rassasier un estomac moyen.

- Des Bruschettas aux truffes noires, tomates séchées et mozzarella : une petite gourmandise truffée, avec un pain moelleux à peine grillé et un arôme de truffe noire très présent en bouche.

 

-Un Ceviche de lieu noir aux fruits de la passion : très frais mais aussi très citronné (trop à mon goût!).

 

- Un tartare de saumon frais aux artichauts : une association de saveurs sur laquelle je n'aurais pas parié un iota (c'était le choix du Gourmand, plus aventureux que moi!) et qui finalement fonctionne à merveille. Étonnant mais très bon!



- Un Tataki de bœuf, chips de betterave et purée de carottes violettes : original et savoureux avec un beau jeu de textures.



- Des Piquillos farcis au fromage frais, relevés par un pesto maison. Encore une jolie assiette simple et efficace.

    

- Un Thon cru, mariné au citron, ricotta et sésame : c'est l'assiette que nous avons le moins aimée car le parfum de la citronnelle prenait vraiment le dessus sur les autres saveurs. Dommage car le thon était de belle qualité!



- Un Tiramisu aux fraises et au chocolat blanc. Plutôt une mousse de fraises qu'un tiramisu en réalité, fruitée et plus digeste qu'un tiramisu traditionnel.



- Une mousse nougatine, amandes et mangue fraîche : aussi bon que beau, ce dessert nous a comblé malgré notre état de satiété avancé!



Une bien belle soirée, un service aux petits oignons, des plats simples et bons, de bons vins soigneusement sélectionnés... Bref, j'ai été séduite par La petite Mangerie, même si j'ai largement préféré le décor et l’ambiance survoltée de sa grande sœur!

Merci encore à toute l'équipe pour l'invitation!


Cuisine : 3,5/5
Service : 4/5 
Lieu / Ambiance : 3,5/5
Rapport qualité / prix : 3,5/5 

Avec qui? Entre amis

La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 14,5/20 



La Petite Mangerie
5 rue de Bretagne
75003 Paris

lundi 24 août 2015

Mon Cheesecake

Craquage complet en ce milieu d'été : je vous propose un cheesecake de folie (inspiré d'une recette d'Alter Gusto)! Ce n'est pas raisonnable du tout, mais je m'en fiche, et de toute manière, le mal est fait : vous l'avez vu, vous le ferez et vous aurez raison! Pour soulager votre conscience, vous pouvez bien sûr le servir avec des framboises et un coulis de fruits rouges. Mais si vous voulez pousser le vice jusqu'au bout du bout, un caramel au beurre salé serait également tout à fait envisageable... A voir selon vos préférences et selon la température extérieure : j'ai tendance à préférer les fruits frais en été et les sauces au caramel ou au chocolat en hiver.
Enfin, pour les frileux du cheesecake, amateurs d'entremets plus légers, je ne peux que vous conseiller d'aller explorer ma recette de tarte au fromage blanc qui est à tomber à la renverse (en toute objectivité, toujours!).


Ingrédients

Pour un moule à manqué de 20 cm de diamètre : si votre moule est plus grand, adaptez les doses!!!


Base :
120g de petits-beurres
60g de beurre (pas de margarine)
30g de noix ou amandes grossièrement concassées

Garniture :
450g de yaourt Grec épais de type Total (on en trouve au Monoprix et en grande surface. Sinon, vous pouvez le remplacer par 400g de ricotta)
300g de fromage à la crème (Philadelphia ou Elle & vire)  
150 ml de crème liquide entière  
30g de farine *
110g de sucre  
3 œufs  
1 citron bio

Note* : la farine est facultative. Pour un gâteau sans gluten, vous pouvez l'omettre (mais remplacez également les biscuits dans ce cas!). Il aura une texture plus crémeuse, avec un pe moins de tenue.




Préparation :

45 minutes avant de commencer la recette, sortir tous les ingrédients du réfrigérateur. Les peser et les laisser à température ambiante.

Mettre le yaourt grec à égoutter dans une passoire fine pendant 45 minutes également.

  

Préparer la base :
Dans le bol d’un robot, mixer grossièrement les biscuits. Ajouter le beurre fondu et mixer à nouveau par pulsation. Ajouter les amandes ou les noix concassées et mélanger. 
Vous pouvez également le faire à la main si vous n'avez pas de robot (ou si vous n'avez pas envie de le salir!).
Beurrer un moule à manqué de 20cm et tapisser le fond de papier sulfurisé. Répartir les biscuits mixés au fond et tasser avec un verre. Réfrigérer le temps de préparer le reste.



Préchauffer le four à 160°C avec, dans le bas du four, un grand plat rempli d’eau.

Zester finement le citron et mélanger les zestes avec le sucre.
Dans un saladier, mélanger doucement avec une spatule ou une cuiller le Philadelphia avec le sucre au citron et la farine.
Ajouter le yaourt grec bien égoutté. Mélanger puis ajouter la crème en plusieurs fois. Pour réaliser un cheesecake il faur toujours mélanger soigneusement et avec douceur. Donc pas de fouet et pas trop de vigueur dans vos gestes!

Incorporer les œufs un à un, en mélangeant entre chaque ajout.



Répartir la préparation dans le moule.



Enfourner pour 15 minutes à 160°C puis baisser la température à 140°C et poursuivre la cuisson pendant environ 35 minutes.  
Le centre du gâteau doit être légèrement « sous-cuit » : les bords vont un peu gonfler mais pas le centre.


Éteindre le four. Laisser le cheesecake refroidir environ 45 minutes dans le four, porte entrouverte.
Le retirer du four, laisser complètement refroidir, puis couvrir avec du papier aluminium et réfrigérer pour 24 heures minimum! 

Démouler, décorer comme bon vous semble, et servir avec un coulis de fruits rouges ou un caramel au beurre salé!



Déguster bien frais!



La Note des Goûteurs : 17/20

mardi 18 août 2015

Connaissez-vous VizEat?

https://fr.vizeat.com/?affid=VZ0253CLACHA

J'ai récemment été contactée par Margaux de VizEat, qui m'a invitée à tester cette nouvelle plate forme très en vogue... Le principe : cette start-up parisienne a eu la bonne et innovante idée de proposer des diners chez l'habitant. 
Voilà le topo : vous débarquez dans une ville inconnue et vous avez faim. Mais aller au restaurant ne vous tente guère, car ce que vous aimez par dessus tout (à part manger), c'est faire de belles rencontres. Quoi de mieux pour cela que d'échanger, au cours d'un repas, avec de gentils hôtes qui ne demandent qu'à vous faire découvrir la gastronomie locale?

Résultat de recherche d'images pour "vizeat"
J'ai testé pour vous ce concept audacieux le temps d'un repas chez la jolie Marine. Pour ce faire, on se connecte sur le site VizEat, puis on renseigne la ville et la date de son choix et une liste d'hôtes se déroule alors. C'est sur le profil de Marine, une autre blogueuse culinaire, que je me suis arrêtée. Son ton était enjoué, ses photos ultra appétissantes, et son prix sommes toutes raisonnable : 30 euros pour apéritif, entrée, plat, dessert, et boissons. Après avoir convenu d'une date et payé le repas en ligne, je trainais donc le Gourmand chez la demoiselle. La soirée fut des plus agréables : nous avons rencontré des personnes adorables avec qui nous nous sommes découvert de multiples points communs, en plus de notre passion commune pour la cuisine. En résumé, nous nous sommes racontés nos vies, avons bien mangé, bien ri (bien bu aussi!) : que demander de plus?!
C'est donc  un concept que j'ai trouvé  sympathique et bien pensé, particulièrement pour les touristes perdus dons une contrée lointaine et désireux de passer une belle soirée gourmande!
Je me suis d'ailleurs inscrite en tant qu'hôte suite à cette soirée (j'y propose également des cours de cuisine et de pâtisserie). A bon entendeur ...!

https://fr.vizeat.com/?affid=VZ0253CLACHAhttps://fr.vizeat.com/?affid=VZ0253CLACHA

lundi 17 août 2015

Salade Tahitienne de Poisson cru et lait de Coco

Laissez-vous tenter par cette salade de poisson cru au lait de coco et au citron vert, une jolie recette estivale qui nous vient directement de Tahiti. Réalisable avec du thon blanc, mais également avec du saumon frais ou de l'espadon, cette salade est évidemment déclinable selon vos envies. Elle pourra être servie telle quelle ou avec un riz blanc, pour faire comme là-bas... 
Et oui, je pense à vous (et à moi), coincés à Paris ou ailleurs, tandis que tous vos collègues/famille/amis, se la coulent douce à Acapulco.
Pas question de se laisser dépérir : à table! 


Ingrédients

Difficulté : très facile 

Pour 2 personnes en plat principal :

300g de thon blanc ou saumon ou espadon ou mahi mahi
1 carotte 
2 tomates 
1/3 de concombre
2 oignons nouveaux
5 citrons verts  + 1 filet de jus de citron vert
20 cl de lait de coco* 
Citronnelle (facultatif)

Note : idéalement on utilise du lait de coco maison en pressant la chair râpée d'une noix de coco. Si vous n'avez pas le temps, utilisez une brique de lait de coco d'excellente qualité.



Préparation

Détailler le filet de poisson en dés. Le faire mariner dans le jus de 5 citrons verts au réfrigérateur, recouvert de papier film pendant 30 minutes (pour un poisson encore cru) à 2 heures, si on le préfère plus cuit. 
En effet, le citron va cuire le poisson. Certains le laissent mariner une nuit entière donc faites selon vos goûts!

Égoutter les cubes de poisson, les rincer éventuellement sous l'eau froide si on craint l'acidité du citron.

Rajouter les tomates épépinées et découpées en petits morceaux, le concombre épluché et épépiné, émincé en tranches fines, la carotte râpée et les oignons nouveaux émincés finement, tiges vertes comprises.


Bien saler et poivrer puis recouvrir de lait de coco. Ajouter un filet de citron vert.  
N'utilisez pas celui qui a servi à "cuire" le poisson!

Servir seul ou accompagné de riz blanc.

Déguster!



La Note des Goûteurs : 16/20

samedi 15 août 2015

Test de restaurant parisien : East Mamma

Si vous habitez (ou visitez) Paris, si vous êtes dingues de pizza et de pâtes à l’italienne, si vous voulez passer une bonne soirée dans un endroit chaleureux, voilà une toute nouvelle trattoria à tester! Située dans le 12ème, entre Ledru Rollin et Bastille, East Mamma se présente comme le nouveau temple de la gastronomie italienne et fait sensation sur les réseaux sociaux depuis son ouverture. Alors, ça donne quoi?

D'entrée, (quand on réussit à y entrer... Voir mes remarques plus loin!) on note un point fort pour l'accueil avec un service chantant et souriant! Et avec l'accent s'il vous plait!

On attaque rapidement par les entrées à partager. Le concept est convivial au possible : on choisit un type de charcuterie, son fromage préféré et/ou encore une bruchetta, puis on partage tout ça au centre de la table! On payera ensuite selon le nombre de produits choisis. Pour nous ça sera une stracciatella, une Burrata, et quelques tranches de bresaola : délicieux! Par contre, on oublie rapidement les Bruchettas sans grand intérêt.

Stracciatella

Bresaola (charcuterie de boeuf)



Mais c'est un peu plus tard que les choses sérieuses commencent : après grande hésitation, nous sommes plusieurs à opter pour les pizzas qui arrivent quelques minutes plus tard,  majestueuses et ultra appétissantes. La pâte est bonne mais un peu étouffante. Par contre, les produits utilisés pour la garniture sont d'une qualité indiscutable. Les morceaux de mozzarella fraîche posés sur la pizza à la sortie du four apportent un côté frais et gourmand à cette pizza. Si ces pizzas ne sont pas les meilleures du coin, elles se défendent bien!





Du coté des pâtes, celles aux copeaux de truffes noires, mascarpone et petits champignons sont excellentes! Servies dans une casserole, elles arrivent brûlantes... Et le restent tout au long du repas. Très très appréciable pour les personnes qui détestent manger tiède (moi en l’occurrence!)...



Par contre, grosse déception pour les pâtes Cacio e peppe, au poivre, pecorino et artichauts : un peu surcuites et pas assez riches en garniture.Idem pour celles à la Burrata et aux citrons d'Amalfi, tout juste bonnes, mais sans plus.



Et là, c'est le drame : mon estomac met son véto à un éventuel dessert! Bon allez, tant pis pour lui, nous défions avec force et bravoure les lois de la gloutonnerie et commandons finalement un tiramisu et une panna cota (pour 6, rassurez vous). Le premier est servi dans son plat par le charmant serveur, c'est ultra généreux et j'adore le concept! Malheureusement, ce dessert n'était pas à mon goût car trop alcoolisé et avec un biscuit trop présent par rapport à la quantité de  crème.



Du coté de la Panna cotta par contre, grand succès : pas gélatineuse pour un sou, terriblement crémeuse et légère à la fois, c'est mon coup de cœur de la soirée!   



Enfin, vous vous demandez si ces mets vous conteront un bras ou seulement un doigt? Bonne surprise de ce côté, les prix sont plutôt doux, et on s'en sort pour une vingtaine d'euros (sans les boissons).


On termine sur Le gros point noir : pas de réservation possible! Pour pouvoir vous y attabler sans attendre 2 heures, trempés et grelottant de froid devant la porte (c'est toujours dans ces moments là qu'il pleut des cordes, vous avez remarqué?), venez (très) tôt et en semaine! Nous y sommes allés à 6 un mardi soir, à 19h et nous avons attendu "seulement" 35 minutes. Mais je n'aime pas du tout ce principe de devoir faire la queue pour avoir le droit de s'attabler, je préférerais mille fois réserver une table, quitte à m'y prendre une semaine à l'avance... Enfin bref, vous êtes prévenus!

Édit du 20 aout 2015 :

J'y suis retournée et... C'était nettement moins bon!!! Des salades excessivement salées, des pizzas manquant de générosité dans la garniture et une Burrata beaucoup trop ferme... Un coup de malchance?? Peut être, mais cela m'amène à dire que la qualité est très inégale selon les services. A revoir d'ici quelques mois quand le restaurant aura plus de bouteille!




Cuisine : 2,5/5 (diminuée suite à ma seconde visite)
Service : 2,5/5 (pas de réservation donc queue interminable... Sans garantie obtenir une table à la fin!)
Lieu / Ambiance : 4/5 
Rapport qualité / prix : 4/5 


Avec qui? Entre amis 


La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 13/20  



East mamma 
133 Rue du Faubourg Saint-Antoine
75011 Paris

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...