lundi 23 février 2015

Risotto au Saumon, Aneth et Citron vert

Comme (presque) tout le monde, j'adore le risotto. Rien de plus réconfortant après une journée fatigante qu'un risotto fumant et bien crémeux. Ma version favorite est une recette aux cèpes et  à l'huile de truffe. Cependant, le Gourmand, ayant ces petites choses curieuses qu'on appelle champignons en horreur, j'ai du m'adapter et lui proposer une version différente, au saumon frais. Évidemment, rien ne vous empêche de remplacer ce dernier par des légumes grillés ou par de belles noix de Saint-Jacques pour lesquelles je voue une adoration sans faille, mais dont le prix freine bien souvent mes ardeurs... 
A consommer immédiatement : le risotto n'attend pas!


Ingrédients

Pour 2 personnes : 

150g de riz à Risotto : Arborio ou Carnaroli (j'ai utilisé celui de mon partenaire Riso Gallo)
60 à 70 cl de bouillon de légumes
10 cl de vin blanc sec
1 oignon 
2 pavés de saumon frais*
3 ou 4 cuillères à soupe de parmesan fraîchement râpé
50g de crème fraîche ou de mascarpone
Aneth fraîche 
Le jus et le zeste d'un demi-citron vert
Quelques lanières de saumon fumé*
Baies roses

Note * : remplacer éventuellement les 2 saumons par des noix de Saint-Jacques ou par des champignons frais. Supprimer dans ce dernier cas le citron vert.



Préparation

Faire bouillir l'eau dans une casserole et y émietter les cubes de bouillon.
Dans un fond d'huile et de beurre, faire revenir à feu moyen un oignon émince finement, pendant 2 à 3 minutes, sans coloration (remuer souvent).



Rajouter le riz et remuer. Il doit devenir nacré (2 minutes environ).
Ajouter le vin blanc et le laisser s'évaporer. Rajouter louche par louche du bouillon très chaud, en remuant régulièrement, sur feu moyen.
Il faudra environ 20 minutes pour que le riz soit cuit mais encore un peu ferme.




Pendant ce temps, poêler rapidement sur feu vif les pavés de saumon. Les couper en gros morceaux
Quand le riz est cuit, éteindre le feu. Rajouter la crème ou le mascarpone, le parmesan.
Couvrir et laisser reposer quelques minutes.
Ajouter enfin l'aneth, le jus de citron vert, le saumon cuit et les lanières de saumon fumé.

Sur des assiettes chaudes, dresser le risotto. Saupoudrer d'aneth, de zestes de citron vert, de copeaux de parmesan et de baies roses concassées.

Déguster immédiatement! 

La note des goûteurs : 16/20 


Nouveau Partenaire : Chez L'Epicier

 Gingembre entier
Je vous présente mon nouveau partenaire, Chez l'Epicier, qui comme son nom l'indique, commercialise ... des épices! J'ai eu le plaisir de recevoir un petit colis contenant du curry, du gingembre, du basilic, de la muscade, du sumac, du curcuma, du thym, de la lavande, du macis et de la coriandre. De quoi réaliser des recettes hautes en couleurs et en épices! 


 

 Merci encore et à bientôt

  Claire au Matcha

vendredi 20 février 2015

Namandier glacé au chocolat façon Jonathan Blot

Le Namandier,vous connaissez? Je vous ai posté la recette il y a quelques temps et vous avez été nombreux à la tester et à l'apprécier. Normal, me direz vous : c'est le gâteau le plus simple (ou presque) de ce blog, et surtout, sa saveur amandine prononcée en a fait chavirer plus d'un... Alors si je vous dis que je l'ai amélioré en y rajoutant une touche de pâte de pistache, mais surtout en l'ornant d'un magnifique glaçage chocolaté, à la façon du virtuose Jonathan Blot (mon Gourou depuis ma participation à l’émission Le gateau de mes reves ;)) ? 
Vous me dites Merci? Vous avez bien raison...


Ingrédients

Pour un moule à manqué de 20cm (pas plus!) :

200g de poudre d'amandes
170g de sucre
1 cuillère à soupe bombée de pâte de pistache
100g de beurre fondu
4 œufs
Quelques gouttes d'extrait de vanille

60g de chocolat 70% *
180g de pâte à glacer *
40g d' eau  
40g de sucre
120g de crème
50g de lait
20g de glucose**

Note* : si vous n'avez pas de pâte à glacer, remplacez-la par la même quantité de chocolat noir de bonne qualité (de couverture si possible) : donc 240g de chocolat noir au total.

Note2** : le glucose se trouve en boutique spécialisée ou sur les sites de cuisine (je l'ai acheté sur meilleur du chef)..


Préparation

Préchauffer le four à 200 °C.  
Torréfier la poudre d’amandes dans une poêle à feu doux, en remuant sans cesse  
Cela donne une saveur incomparable au Namandier, donc ne zappez pas cette étape! Attention, elle ne doit pas brûler, juste griller légèrement pour développer tout son arôme.  

 

Fouetter dans un saladier les œufs et le sucre. Ajouter ensuite le beurre fondu, puis la poudre d'amandes torréfiée, la pâte de pistaches et quelques gouttes d'extrait de vanille.
Verser le tout dans un moule à gâteau beurré et recouvert de papier sulfurisé.  

 

Enfourner pour environ 20 minutes à 200°C (17 à 25 minutes selon les fours). Il doit être bien doré.
 
Préparer le glaçage :
Dans un bol, mélanger le chocolat et la pâte à glacer (ou le chocolat seul), découpés en petits morceaux.
Mettre à bouillir dans une casserole le lait, l'eau, le sucre, la crème liquide et le glucose.
 

Verser ce mélange en plusieurs fois sur le chocolat et la pâte à glacer. Mélanger à l'aide d'une spatule. Terminer à l'aide d'un mixeur plongeant, sans remuer la tête du robot et la laissant bien au fond du saladier pour éviter d'incorporer des bulles d'air.
Pour retirer les bulles récalcitrantes, filtrer le mélange au chinois et verser le tout dans un plat.  

 

Filmer au contact, et placer au congélateur pour 1 heure.

 

A la sortie du four, démouler le gâteau (d'où l’intérêt du papier sulfurisé!).



Faire chauffer le glaçage quelques secondes au micro-onde. 
Placer le gâteau sur une grille et recouvrir de glaçage en versant toujours au centre du gâteau, il coulera joliment sur les côtés et l'excédent de chocolat ira dans le récipient du dessous.  

Moins on utilise la spatule pour verser le glaçage, plus le résultat sera joli!


Décorer avec des pistaches non salées et des copeaux de chocolat (blanc et noir pour moi), faits à l'aide d'un économe.

  

Réfrigérer pendant 2 heures le temps de figer le glaçage. Vous pouvez le congeler une trentaine de minutes pour aller plus vite.




guster!

Note : ce gâteau se congèle admirablement bien  si vous aviez envie de le préparer quelques jours à l'avance!

La note des goûteurs : 18/20 

mardi 17 février 2015

Macarons Rustiques aux Noix, Ganache Chocolat

A tous ceux qui n'envisagent pas une seconde de se lancer dans la longue et tortueuse aventure "macarons", je vous propose de commencer tout doucement avec cette recette de mignardises trouvée sur le site de Mister Bernard.
Alors Ok, ce ne sont assurément pas des macarons, au sens Pierre Hermiesque du terme. Mais c'est (très) bon, excessivement simple et leur réalisation est d'une rapidité fulgurante!
Je les ai garnis avec une simple ganache au chocolat mais une garniture à base de crème de marron devrait être tout aussi délicieuse...
Et pourquoi ne pas imaginer une version salée, au roquefort ou au gorgonzola, pour un apéritif insolite et enchanteur? 


Ingrédients

Pour 30 coques : 15 macarons 

150g de noix
100g de sucre glace
50g de blancs d'œufs ( = un peu moins de 2 blancs. Pesez les!)

Garniture
100g de chocolat noir 
1 ou 2 cuillères à soupe de beurre
1 cuillère à soupe d'eau.

Note : Vous pouvez également les servir en apéritif, fourrés avec une crème au fromage : gorgonzola ou roquefort fouetté avec de la crème ou du Philadelphia)



Préparation

Réduire en poudre les noix. (au mixeur ou blender). Ajouter le sucre glace et mixer rapidement, juste pour que le sucre glace soit bien incorporé. 


Ajouter le blanc d'œuf et mélanger à la cuillère


Verser la pâte dans une poche à douille et dresser les coques, sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. 


Enfournez pour 8 à 9 minutes à 190°C (variable  selon les fours donc à surveiller!). 
Ne vous inquiétez pas s'ils ne paraissent pas assez cuits, ils durciront en refroidissant.

Attention : s'ils sont trop cuits, ils perdront tout leur moelleux!

Attendre qu'ils refroidissent avant de les décoller.

Préparer la garniture : faire fondre le chocolat au micro-ondes ou au bain-marie avec le beurre et l'eau. Mélanger et congeler pour 10 minutes environ, juste pour que la préparation se fige. Réfrigérer quelques instants.
Si vous préparez les macarons à l'avance, il est préférable de conserver les coques non garnies dans une boîte métallique et de les garnir 30 avant de les servir.



Déguster!



La note des goûteurs : 17/20

vendredi 13 février 2015

Patates douces roties crousti-fondantes

Encore des patates douces! Chez moi, on adore ça, et on ne s'en lasse pas! Bon, je varie quand même les préparations et modes de cuisson selon mes envies du moment. Pour cette fois, je vous propose une variante de la recette de patates douces confites d'Ottolenghi, celle qui m'a fait réaliser avec enchantement que les demoiselles n’avaient pas l'obligation d'être épluchées, et mieux encore, que leur peau croustillante apportaient un vrai plus. La texture crousti-moelleuse obtenue est à se damner!
Comme vous pourrez le constater, la recette est enfantine mais c'est aussi la preuve que souvent, les choses les plus simples sont les meilleures...


Ingrédients

Pour 2 personnes :

2 grosses patates douces 
3 ou 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
1 belle pincée de cannelle
1 pincée de piment d’Espelette (ou de piment de Cayenne)
Sel et poivre
Persil (frais ou surgelé)


Préparation

Préchauffer le four à 200°C.
Laver et sécher les patates douces. Les couper en très gros morceaux et les enduire avec 4 cuillers à soupe d'huile d'olive. Ajouter une grosse pincée de cannelle, un peu de piment d’Espelette et du persil. Saler, poivrer généreusement , et mélanger bien avec les mains pour que le tout s’imprègne bien.
Enfourner pour 40 minutes, en les retournant 2 fois, en cours de cuisson. Les 15 dernières minutes, passer en mode rôtisserie.
Ici servies avec mon tartare Saumon/avocat/ mangue













Servir immédiatement, ,elle sont divines à la sortie du four (et sont beaucoup moins bonnes réchauffées donc engloutissez-les toutes sans culpabiliser!)

C'est prêt!

La note des goûteurs : 17/20 

lundi 9 février 2015

Blueberry : j'y suis retournée!

Après ma première visite chez Blueberry (vous trouverez mon premier article à la fin de ce post), j'ai évidemment récidivé (un nombre incalculable de fois pour tout vous avouer...) et je voulais ajouter 2 points importants à ma précédente critique :

1) Les menus midi sont beaucoup plus abordables que ceux du soir (20 euros pour une salade japonaise de pommes de terre, une soupe miso et un plat) et, miracle en cette terre parisienne qu'est la nôtre, ils sont valables également le samedi!

Salade aux pommes de terres (menu midi)
Maki Yakuza et trublions (Menu midi)

Délicieux chirashi au saumon et œufs de poisson volants (menu midi)


2) Les desserts valent également le détour : le tiramisu au sésame noir et aux framboises est, certes original, mais surtout merveilleusement bon! En voilà une bonne nouvelle pour ceux qui auraient peur de mourir de faim après un repas ne comportant pas une entrecôte de moins de 500g (mais non je ne vise personne en particulier!).




Bref, si vous n’êtes toujours pas convaincus, et bien je ne peux plus rien faire pour vous...


Cuisine : 5/5
Service : 5/5 
Lieu / Ambiance : 4,5/5 
Rapport qualité / prix : 3,5/5 (le midi)

Avec qui? Entre amis++ / en famille  / en amoureux


La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 18/20


C'est toujours par là que ça se passe :
Blueberry
6 rue du sabot
75006 Paris

Article du 7/3/14

 Des restaurants japonais, à Paris, il y en a des tas. Et soyons honnêtes, pour la plupart, ils ne cassent pas 3 pattes à un canard (de mon point de vue tyrannique d'ex Tokyoïte d'un an...). Sauf que... j'ai testé récemment, sur les conseils avisés de la bien-aimée du frère du Gourmand (vous me suivez?) un restaurant qui sort du lot. Une ambiance tamisée, un décor original, et surtout des créations de maki incroyables! Enfin un restaurant japonais qui sort des sentiers battus et propose des associations plus extravagantes les unes que les autres! J'ai pu goûter 4 sortes de makis revisités et je peux vous dire que ce fut un festival de saveurs dans ma petite bouche exigeante !






J'ai donc partagé avec le Gourmand des Makis :

                                          - Rackam le rouge, composés de Tempura de crevettes, de thon mariné et d'éclats de truffe : mes préférés, talonnés de près par les suivants.

"Rackam le rouge"
                
                               - Les California for ever”: de la chair de tourteau onctueuse à souhait, des gambas, de l'avocat, et une mayonnaise épicée : Yummy!
                         
                               - Les Little Miss Yuzu : une association osée mais réussie de Tataki de saumon, mangue, framboises et de Yuzu. Ce sont ceux que j'ai le moins appréciés (il faut dire que je ne suis pas une grande amatrice de Yuzu...). Mais ils restaient tout à fait recommandables!

Little Miss Yuzu

                               - Et enfin les Maki du mois : Saint jacques, œufs de poisson volants, et avocat : une pure merveille!




Autant vous dire que j'ai très envie d'y retourner pour goûter aux autres inventions excentriques du chef mais... oui il y a un mais, car nous vivons dans un monde de brutes : c'est (trop) cher! 60 euros à 2 pour ces 4 types de Makis (donc 24 Makis en tout) sans boissons ni desserts....


Mais le tout est bien consistant, et vous ne sortirez pas le ventre criant famine. Par contre, contrairement à votre heureux estomac, c'est votre porte monnaie qui risque de se sentir un peu vide... Cela dit, on ne vit qu'une fois, alors tant pis, quitte à mettre mes sourcils aux enchères, j'ai le pressentiment que cette escapade au Blueberry, ne sera pas la dernière!








Cuisine : 5/5
Service : 5/5 
Lieu / Ambiance : 4,5/5 
Rapport qualité / prix : 3/5 (dommage pour le prix trop élevé le soir!)

Avec qui? Entre amis ++ / en famille / en amoureux.


La Note finale de la Goûteuse (moi!) : 17,5/20

C'est par là que ça se passe :

Blueberry
6 rue du sabot
75006 Paris

vendredi 6 février 2015

Pancakes extra moelleux

Après avoir été déçue par bon nombre de brunchs parisiens, j'ai réalisé que finalement, n'étant jamais aussi bien servie que par soi même, rien ne m'empêchait de me préparer un brunch pile comme je l'ai décidé et comme je l'aime, et qui accessoirement ne me coûte pas un bras (ah les joies de paris...). 
Et qui dit brunch dit ... pancakes maison (et bon pain Et viennoiseries Et fromages Et œufs brouillés Et jus de fruits frais et... Bon on va s'arrêter la!)
Je vous ai donc concocté des pancakes extra moelleux qui devraient convertir les plus récalcitrants au brunch du dimanche! La recette, je l'ai trouvée sur Foodreporter. 
Comme vous pourrez le constater à la lecture de celle-ci, rien de bien compliqué pour un résultat du tonnerre!



Ingrédients

300g de farine (T65 au mieux)
50g de sucre en poudre
2 sachets de levure chimique
340 ml de lait
50g de beurre
2 œufs à température ambiante, légèrement battus


Préparation

Dans un grand saladier mélanger tous les ingrédients secs : farine, sucre et levure. Faire fondre le beurre dans le lait préalablement tiédi.  
Verser le lait et le beurre dans le saladier de farine, puis ajouter les œufs et battre au fouet.
Il faut à peine mélanger, et s'il y a quelques grumeaux, cela n'a aucune importance! Les ingrédients doivent tout juste être incorporés. C'est le secret pour obtenir des pancakes moelleux!
 

Laisser reposer pendant 30 minutes, à température ambiante.
 

Faire chauffer une grande poêle à feu moyen. Beurrer généreusement (surtout au début). 
Ne pas remuer la pâte. Sinon, les pancakes ne gonfleront pas. 
Verser sur la poêle une grosse cuillerée à soupe de pâte par pancake et laisser cuire pendant une minute. Retourner quand de petites bulles commencent à se former à la surface. Laisser dorer le deuxième côté et répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

L'idéal est de les servir immédiatement quand ils sont encore tous chauds! 
Déguster avec du caramel au beurre salé, du Nut ou du sirop d'érable!

La note des goûteurs : 16/20 

lundi 2 février 2015

Potimarron rôti, noisettes et chèvre frais sur Quinoa gourmand

Je vous propose une recette inspirée de chez Scally, pour réaliser un plat sain, frais, mais toujours gourmand. Ce plat est idéal après les fêtes pour remettre en état notre système digestif tout en se faisant plaisir! 
D'ailleurs, même le Gourmand, qui considère qu'un plat végétarien ne mérite pas l'appellation de plat (un amuse bouche, tout au plus...) a dévoré toute son assiette sans broncher (enfin sauf pour murmurer entre deux bouchées, mmmmh c'est super bon ton truc!).
Si ce n'est pas un gage de qualité ça...



Ingrédients

Pour 2 personnes :

1 petit potimarron
130g de quinoa gourmand (mélange de quinoa et de boulgour)
100 à 150g de fromage de chèvre frais
6 gousses d’ail
2 belles poignées de noisettes entières
Ciboulette ciselée 



Préparation 

Préchauffer le four à 200°C.
Faire torréfier les noisettes pendant 10 minutes à 200°C puis les éplucher et les concasser grossièrement.


Laver le potimarron, couper en deux puis retirer les graines à l’aide d’une grande cuillère.
Couper en morceaux et déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, sur une seule couche.
Ajouter 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, un peu de fleur de sel, les gousses d’ail avec la peau et mélanger afin de bien enrober les morceaux de potimarron d’huile.

Enfourner pour 25 à 35 minutes en mélangeant plusieurs fois pendant la cuisson.
Le potimarron doit être tendre et bien doré. J'utilise le mode rôtisserie de mon four les 15 dernières minutes pour obtenir des morceaux bien dorés.

Pendant la cuisson du potimarron, faire cuire le quinoa gourmand dans de l'eau bouillante salée pendant 12 minutes.

Quand le potimarron est cuit, répartir le quinoa gourmand dans des assiettes.



Ajouter le potimarron, l’ail, le fromage de chèvre coupé en morceaux puis les noisettes concassées.



Ajouter enfin de la ciboulette fraiche ciselée .

Déguster ! 

La note des goûteurs : 17/20 



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...